Conseils d'experts

Créer sa start-up : 4 attitudes à éviter !

Quelle est la chose la plus importante lorsqu’on crée start-up ? Chaque entrepreneur a sans doute une réponse différente à cette question incroyablement complexe. Certains diront que c’est la mise de départ et la capacité à lever de l’argent rapidement. D’autre considèrent que c’est l’idée que personne n’a eue avant. D’autres analysent plus froidement un marché, une niche, une opportunité à saisir. Et il y a encore beaucoup d’autres réponses. Mais tous ont de fortes chances de répondre également que l’une des clefs du succès, a fortiori lorsqu’on crée une société de type “start up”, réside dans l’attitude et les réflexes, bons ou mauvais, du néo-entrepreneur. Voici le carré noir des comportements à éviter quand on se lance dans l’aventure entrepreneuriale.

Chercher le confort

Le monde des start-ups n’est pas la jungle qu’on décrit parfois, mais ce n’est pas une vie de tout repos. Rechercher le confort lorsqu’on crée son entreprise, cela équivaut à se présenter à une épreuve de Koh Lanta en pensant se relaxer dans un spa. Il faut donc bien envisager, avant de prendre l’ultime décision de choisir cette voie, les conséquences en termes de confort professionnel et financier bien sûr, mais aussi familial entre autres.

Vouloir avancer seul

Le quotidien d’un néo-entrepreneur est souvent fait d’une forme de solitude, a fortiori quand on n’a pas encore trouvé les associés idéaux pour développer sa start-up. Certes, mieux vaut être seul que mal accompagné, c’est à dire accompagné de personnalités négatives ou non-pleinement engagées dans le projet à mener au but. Cependant, il faut différencier une solitude par intermittence et l’isolement. Un entrepreneur isolé est une start up en danger. Pour lever du love money parmi vos proches, ou pour vous inspirer d’exemples de réussite, mais aussi pour vous insérer dans un écosystème, un seul mot : réseau, réseau, réseau !

Faire preuve d’un optimisme excessif

S’il faut refuser catégoriquement tout pessimisme qui coupe les jambes dans ce marathon de création d’une start-up, il ne sert à rien non plus de faire preuve, comme Perrette et le pot au lait, d’un optimisme excessif. D’abord parce que cela risque de générer de la frustration et de la déception, donc du découragement. Ensuite parce que cela peut entamer la confiance des tiers dans votre projet : les investisseurs peuvent considérer avoir été mal informés, ou simplement ne pas croire en vos prévisions et donc ne pas vous soutenir. Donc plutôt qu’un enthousiasme excessif, préférez la qualité des combattants, l’oeil du tigre : la dé-ter-mi-na-tion !

Négliger les détails

Le pire concurrent d’un néo-entrepreneur est parfois…lui-même ! Dans l’excitation, et il faut le dire l’écrasante charge de travail, que représente le lancement d’une start-up, on peut être tenté de se concentrer sur les choses les plus essentielles (conception de l’offre, production, prospection…) au décollage de l’entreprise. Pourtant le diable se niche parfois dans les détails. Un oubli de dépôt de marque auprès de l’INPI, ou tout simplement d’achat de nom de domaine en ligne, tout comme l’omission d’une annonce légale obligatoire, peuvent littéralement bloquer voire anéantir l’activité de la start-up. Autant prendre les quelques minutes qui permettront d’éviter une catastrophe !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aller à la barre d’outils