Conseils d'experts

Comment ouvrir un commerce en 5 étapes

Ouvrir un commerce a toujours été un véritable défi: le bon produit, le bon endroit, le bon contact avec le client ne s’improvisent pas, cela se travaille et joue un rôle déterminant dans un secteur très concurrentiel. Désormais le commerce en ligne est aussi une donnée incontournable de toute initiative commerciale. Néanmoins, il reste parfaitement possible de réaliser de superbes réussites dans le commerce, y compris avec une mise de départ modeste ! Pour cela, il convient de ne négliger aucune grande étape de la création de son commerce, notamment les formalités importantes exigées. Votre décision est prise et votre motivation inaltérable ? Néo-commerçant ou futur franchisé ? Voici quelques conseils pour maximiser vos chances de succès dès le lancement de votre commerce.

Réaliser une étude de marché

C’est un préalable crucial: connaître son futur marché potentiel. Etudier à la fois l’environnement local, l’offre déjà présente, le dynamisme de la zone, mais aussi le marché global, à l’aide de revues spécialisées. Par exemple, ouvrir une épicerie fine nécessite de savoir si la clientèle locale est intéressée, mais aussi de se renseigner sur les grandes tendances globales de consommation du secteur (produits fins, produits locaux, etc…).

Choisir son local et sa gestion

Bail commercial ? Fonds de commerce ? Franchise ? Location-gérance ? Il existe une multitude de formes pour se lancer en tant que commerçant. Il faut déterminer quel risque on est prêt à prendre pour entreprendre, ainsi que les possibilités offertes par son budget. Autre élément absolument déterminant : l’emplacement. Mieux vaut prendre le temps de bien étudier les différents lieux d’implantation possible: est-ce une rue passante ? Quelles sont les possibilités de stationnement ? Les détails font parfois la différences.

Préparer sa visibilité en ligne

La présence sur internet est désormais un pilier de toute stratégie commerciale, même pour le plus modeste commerce de quartier. Référencement, nom de domaine, horaires, fiche Google qui indique les informations essentielles à vos clients, site internet régulièrement actualisé: ce sont des “must have”. Cela représente un coût et exige de la vigilance, notamment pour ne pas pratiquer ou être victime de concurrence déloyale ou de contrefaçon.

Remplir les formalités administratives

Devenir commerçant est aussi une affaire de patience avec l’administration. Car les formalités à remplir sont innombrables, de l’inscription au registre du commerce et des sociétés, en passant par les services des impôts, aux licences spécifiques pour les activités réglementées, ou encore les annonces légales selon la forme sociétaire choisie. Il peut être utile de se faire accompagner, au moins au démarrage, par un professionnel du droit qui permettra d’éviter les principaux écueils.

Anticiper la fiscalité

La fiscalité sur les commerces varie fortement selon la forme choisie: depuis le régime micro des autorentrepreneurs jusqu’à la Tascom (taxe sur les surfaces commerciales), en passant par la redevance sur la diffusion d’oeuvres musicales, l’impôt sur les sociétés, ou évidemment la collecte de la TVA…Il faut évidemment étudier précisément en amont dans le budget prévisionnel quel sera l’impact fiscal de chaque décision.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aller à la barre d’outils