Presse et Actualités

Prélèvement à la source: les outils comptables sont-ils prêts ?

Si les incertitudes soulevées par le prélèvement à la source sont nombreuses pour les particuliers, elles sont encore plus épineuses pour les entreprises et les employeurs. La comptabilité engendrait déjà le stress des bilans de fin d’année: il est à craindre que la multiplicité des situations des collaborateurs rende particulièrement complexes des actes aussi réguliers que la gestion de la paie. Interrogation légitime ou appréhension injustifiée ? La clef d’une transition réussie vers le prélèvement à la source semble être la préparation et l’anticipation. Pour cela, les outils comptables sont-ils prêts ?

Mon comptable est-il prêt pour le prélèvement à la source ?

En réalité, poser la question “les outils comptables sont-ils prêts ?” revient, pour un nombre très important d’entreprises, à s’interroger sur “mon cabinet comptable est-il prêt ?”. En effet, une écrasante majorité des entreprises comptant plus d’un salariés ont recours aux services de prestataires extérieurs pour gérer leur comptabilité. Or, la fin de l’année approche avec son traditionnel rush et il est essentiel d’avoir d’ores et déjà engagé, avec son conseil en comptabilité, un dialogue approfondi sur le prélèvement à la source.

Ce dialogue est d’autant plus indispensable que le plan comptable général change d’architecture et comptera désormais trois nouvelles subdivisions au compte 442 dont le principal sera le 4421 “Prélèvement à la source (Impôt sur le revenu)”. De plus, il faut veiller à ce que votre comptable soit parfaitement à jour des dernières normes comptables édictées par l’Autorité des normes comptables. Veillez, par exemple, à ce que le collaborateur qui gère d’habitude votre dossier, a bien été formé à toutes les subtilité de la réforme du prélèvement à la source.

Surtout, ce qui est prévu est l’ouverture d’une API (ou application programming interface, interface de programmation applicative) par le ministère des Finances, afin de permettre aux professionnels d’accéder le plus facilement et quasi en direct, aux différents taux et à la retenue sur le salaire qu’ils versent aux salariés. Sur le papier, rien de plus étonnant ou complexe que la collecte de la TVA qui s’opère déjà.

Vers un surcoût des outils comptables ?

Le diable se cache peut-être dans les détails. Si les outils de type API permettent d’alimenter le CRM des entreprises directement et sans trop d’efforts malgré quelques risques de doublons, ils peuvent aussi susciter un surcoût caché. En effet, les données seront incrémentées directement dans le CRM de l’entreprise (ou plus sûrement, du cabinet comptable) depuis l’API de l’administration fiscale. Pour autant la régularité mensuelle du prélèvement à la source rendra indispensable d’y accorder un temps supplémentaire, même modeste, à chaque reprise. En apparence modeste, ce surcoût peut être très significatif pour les entreprises comptant de nombreux salariés en situations très diverses, nécessitant chacune un rapide examen individuel. Et il y a fort à parier que votre cabinet comptable facturera le surplus d’heures de travail occasionné.

Enfin, certaines TPE et PME ont déjà recours à des sites ou des outils comptables en ligne, ou seront tentées d’y recourir pour limiter leurs coûts. Un rapide coup d’oeil aux différents services proposés montre une réelle prise de conscience des acteurs numériques du secteur qui ont, tous ou presque, adaptés leurs outils comptables en ligne, qui sont prêts pour le prélèvement à la source.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aller à la barre d’outils