. Quel héritage laisse le fondateur d'IKEA aux entrepreneurs ?
Paroles d'entrepreneurs

Quel héritage laisse le fondateur d’IKEA aux entrepreneurs ?

Le fondateur du géant du meuble à petits prix est mort à l’âge de 91 ans.

L’histoire d’Ikea – acronyme qui signifie Ingvar Kamprad, Elmtaryd et Agunnaryd, son adresse natale – commence en 1943. Peu intéressé par les études, le jeune Ingvar préfère se lancer dans le commerce à 17 ans. Dans une région où un sou est un sou, il se démène pour vendre moins cher que la concurrence. Des allumettes notamment, qu’il livre à vélo, puis des stylos, cadres, articles de décoration, machines à écrire… En 1947, il offre ses premiers meubles, fabriqués par des artisans locaux, et quatre ans plus tard diffuse son premier catalogue, aujourd’hui imprimé à 200 millions d’exemplaires.

Pour contrer l’idée que des meubles aussi bon marché et à assembler soi-même sont de mauvaise qualité, il ouvre un premier magasin dans la petite ville d’Älmhult en 1958 pour les exposer. Cinq ans plus tard, il lance une expansion internationale effrénée. Ingvar Kamprad est persuadé que la recette peut fonctionner partout : prix bas, chasse aux coûts, standardisation, autofinancement et design scandinave.

Son obsession de réduire les prix finit par payer. En 1956, il devient le pionner des meubles en kit et créé une recette incontournable aujourd’hui. Le client va chercher ses meubles dans les différents rayons, emballés dans des cartons plats, qu’il montera lui-même à son domicile. La formule basée sur sa devise, «FFP» – fonctionnalité, forme et facilité de production – rencontre un véritable succès dès l’ouverture du premier magasin à Älmhult, au cœur du Småland, en 1958. À partir des années 1970, il conquiert la Suisse, l’Australie, le Canada, la France, les États-Unis, la Russie après la chute du rideau de fer, l’Asie, le Moyen-Orient.

Le groupe Ikea compte aujourd’hui 403 magasins sur tous les continents, emploie 190 000 personnes dans le monde et génère un chiffre d’affaires annuel de 38 milliards d’euros. Les restaurants Ikea servent deux millions de clients par jour, 550 millions de boulettes chaque année, générant 1,8 milliard d’euros de chiffre d’affaires.

C’est sans doute un des principaux éléments de la construction du mythe Ikea et de l’icône Kamprad : l’influence de la marque, aux couleurs du drapeau suédois, dans le rayonnement du royaume scandinave à l’étranger. « Il a placé la Suède sur la carte du monde », répète-t-on depuis que la nouvelle de sa mort est tombée.

Le succès de l’homme d’affaires est, aujourd’hui encore, incontestable. Il laisse une multinationale du boulon et du kit qui pèse 20 milliards de dollars. ce qui le classe au rang des « supers-entrepreneurs », qui ont pu voir le jour et prospérer grâce à la mondialisation et au libre-échange : « Que les marchandises puissent être achetées et produites dans des pays à bas coûts, puis vendues dans des Etats où les coûts étaient plus élevés, a été un générateur de profits pour les maisons de commerce international. »

Il était devenu l’un des hommes les plus riches du monde en proposant des meubles originaux prêts à monter et pas chers. En 2017, sa fortune était estimée à 37,3 milliards d’euros, le plaçant au troisième rang des milliardaires européens, selon le magazine économique suisse Bilan.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aller à la barre d’outils