. Quelles sont les opportunités d’entreprendre dans la social Tech ? - LEG un pied dans mon entreprise -
Internet ce Booster

Quelles sont les opportunités d’entreprendre dans la social Tech ?

la « social-tech » semble influencée par les pays anglo-saxons, doit mélanger finalité morale (« la technologie pour faire le bien »), et logique d’entreprenariat social. L’idée de faire contribuer les technologies pour contribuer à pallier aux manques de l’Etat. Les social tech permettent à des individus de se rassembler pour proposer des actions et des mobilisations citoyennes. L’enjeu : réussite à mettre le numérique au service de citoyens engagés dans une certaine idée du bien commun : agir sur les inégalités, tisser de nouvelles solidarités et produire de l’innovation sociale.

Nouvelle Vague « social geek »

Assez différente de l’approche prônée par l’économie social et solidaire qui occupe déjà le secteur de l’intérêt général, il est encore difficile pour les social tech de ne pas opposer entreprenariat social à l’anglo-saxonne et justice sociale à la française. En effet, les startups du numérique ont une image très libérale et mondialisée ce qui en France ne colle pas avec les valeurs du monde de l’économie sociale et solidaire. Le problème des startups du numérique c’est qu’elles sont perçues comme étant soumises à la dictature du résultat, de la mesure et qu’elle génère une forme de déshumanisation, là où l’économie sociale et solidaire prône le retour des valeurs de proximité, pour éviter l’isolement des individus et la course à la productivité. Pourtant, il n’apparaît pas comme impossible de concilier modèle économique et finalité d’utilité sociale.

Des lignes en train de bouger

Garde d’enfants, accès à la culture, échange de compétences… La technologie n’est pas toujours centrale dans ces initiative citoyennes mais elle s’y intègre de mieux en mieux : plateforme d’échanges de proximité sur sharevoisins, outils de décisions collaboratives : Doodle, Loomio, cobudget, collecte d’argent  Lydia, Morning ou Leetchi.

L’exemple de l’ecosystème israélien des socialtech

Tel Aviv est à la pointe dans l’incubation et le développement des socialtechs. On estime à environ 60 le nombre de startups israéliennes ayant développé des solutions technologiques pour résoudre un problème sociétal. A3i est par exemple une socialtech qui se présente comme le premier et seul accélérateur sur le plan mondial à se consacrer aux technologies pour améliorer la qualité de vie des personnes handicapés. AngelSense propose quant à elle un système de monitoring géolocalisé pour les enfants atteints d’autisme, ou encore Entendu, qui crée un programme  de jeux vidéos pour la réhabilitation de victimes de lésions cérébrales.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aller à la barre d’outils