. Le classement des 500 premières entreprises de la Tech françaises
Internet ce Booster

Le classement des 500 start-up de la French Tech

Selon ce classement French Web des 500 start-up de la French Tech, les grands groupes jouent un rôle important dans le développement de jeunes entreprises, notamment dans leur capacité à financer les jeunes pousses et à les considérer non plus comme de simples outils de communication pour valoriser leur image. Si la concurrence est toujours plus féroce en Asie, Asie du Sud-Est, Israel et USA, la France n’a pas à rougir et peut-être fière du chemin accompli.

On constate que le haut du classement est occupé par les acteurs historiques du secteur telecom, avec quelques pure players, dans le eCommerce, la publicité digitale et la création de logiciels avec des chiffres d’affaire pouvant dépasser le milliard annuel. On constate que les entrepreneurs de ces licornes ont une expérience riche et ont su prendre les risques comme en témoignent les exemples de Criteo, Teads et Vente privée.

Internet l’accélérateur de particules

Depuis les années 2000, la capacité de financement des entreprises a été optimisée. Les entrepreneurs n’hésitent pas à ré-investir leurs gains et vivent leur projets avec passion et détermination. Un élan d’envie d’entreprendre et le développement du statut de l’auto-entrepreneur pousse les jeunes à se lancer dans l’entreprenariat.

L’État français encourage fortement les créations de sociétés à travers la création de la BPI en 2013 et le label French : 13 eco-systèmes en région on reçu le label Métropole French Tech à ce jour. Ces 13 métropoles partagent leur expertise entre elle et avec les acteurs de la communauté French Tech parisienne afin de structurer les éco-systèmes vertueux et faire éclore de futurs champions mondiaux.

Paris concentre encore une grande partie des sociétés même si leur développement se régionalise avec des équipes marketing, technique, service client pouvant désormais opérer à distance.

Quelques chiffres à propos du classement top 500 de la French Tech

Le chiffre d’affaires moyen annuel des entreprises de ce classement est de presque 36 millions d’euros.

7% de ces entreprises font plus de 100 millions d’euros

55% font entre 1 et et 100 millions d’euros

16% entre 500 000 et 1 million d’euros

18% moins de 500 000.

266 000 personnes travaillent au sein des entreprises du FW 500

92%  des salariés sont dans l’un des 3 secteurs : les telecoms ; les éditeurs de logiciel, le divertissement et le gaming.

l’âge moyen des entreprises du fw 500 est de 8 ans. 71% d’entre elles ont moins de 10 ans.

Les 3 secteurs les plus représentés de la French Tech

26% dans le conseil, le marketing et les services

Les sociétés de conseil, de communication, les agences et les fournisseurs de services marketing représentent plus du quart des entreprises du top 500 French Tech. Leur chiffre d’afaires annuel moyen et de 14 millions d’euros. , elles embauchent 3% des effectifs totaux de ce classement.

26% sont des editeurs de logiciels

Le Chiffre d’Affaires annuel des sociétés editrices de logiciel est de 13 millions, les effectifs en terme de salariés représentent 11% du classement.

12% dans le e-commerce

Presque 1 entreprise sur 10 du classement est un e-commerçant. Le chiffre d’affaires moyen annuel est de  160 millions d’euros et emploient 4% des collaborateurs identifiés du top 500.

7% des entreprises répertoriées sont des Fintech (La Fintech, est un domaine d’activité dans lequel les entreprises utilisent les technologies de l’information et de la communication pour livrer des services financiers de façon plus efficace et moins couteuse. Le terme « fintech » est une contraction de « finance » et de « technologie ».)

Voir le classement

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aller à la barre d’outils