La chronique du LEG

Chronique du LEG – Semaine 12 : Débroussaillage de printemps !

Chers lecteurs,

Vous l’aurez sûrement remarqué, cette semaine votre blog a accueilli moins d’articles que d’habitude ! Et pour cause, j’étais affairée à d’autres missions qui impacteront positivement, en tous cas je l’espère – et je ne suis pas la seule -, nos activités entrepreneuriales. Vous le savez, mes journées au Légaliste ne se limitent pas à la rédaction d’articles pour les différents blogs sur lesquels nous rédigeons à propos de thématiques différentes. Nous évoquons l’entrepreneuriat certes, mais sous différents prismes.

Oui, le Légaliste est une startup, et qui dit startup, dit polyvalence. C’est là la grande force de ces entreprises d’un genre nouveau. Chacun arrive avec son bagage et ses compétences qui souvent se complètent bien avec celles des autres. Le but est justement d’aller explorer les univers de ceux qui nous entourent et de pouvoir prendre des initiatives. Sortir des chemins que l’on connaît bien pour bifurquer vers celui du voisin …Vaste programme !

Je vais en profiter pour faire le parallèle avec l’une des nombreuses qualités que doit avoir un chef d’entreprise ou un futur chef d’entreprise pour entreprendre avec succès. Ca y est, vous m’avez vue venir ?

Quand on lance sa boîte, que l’on soit jeune, avec pas ou peu d’expériences professionnelles, sans ou avec le sous, ou alors plus âgé donc avec plus d’expérience, sans ou avec le sous, on doit tout gérer.

Cela demande des qualités de polyvalence. Il faut être prêt à faire le couteau suisse, du moins au début !

Car qui mieux que celui qui a pensé et mûri un projet, peut le réaliser ou aiguiller ceux qui vont réaliser des petites choses pour que le projet prenne forme et que l’idée devienne réalité ?

Pour ne pas vous perdre, je vais prendre un exemple très simple. Vous avez le projet de créer une marque d’espadrilles mais vous avez été formé en école de commerce. Sans évoquer les nombreuses spécialisation possibles qu’une école de commerce peut offrir à ses élèves, à priori vous maîtrisez un peu le marketing, le management, vous avez des notions de RH, savez un minimum de choses sur la gestion de projet et la gestion de clientèle …

Or, vous ne savez pas forcément dessiner, créer un logo, monter un site sympa … Et quand on veut vendre des espadrilles, il faut dessiner des motifs agréables, ou redessiner les espadrilles. Bref, vous aurez besoin de personnes avec ces compétences pour vous aider mais vous devrez vous mettre à leur place pour les guider dans leur propre domaine.

Pour résumer, l’entrepreneuriat oblige à avoir un avis sur beaucoup de sujets, que l’on ne maîtrise pas forcément. Il faut avoir anticipé le plus possible les questions auxquelles la création d’une boîte confronte son créateur.

Une polyvalence de l’esprit et dans les actions concrètes que les startups sont les premières à mettre en pratique dans leur vie de tous les jours. Tu ne sais pas faire ça ? Je vais t’aiguiller mais après tu te débrouilles pour trouver l’information toi-même et faire quelque chose de correct.

Ca peut paraître rude, mais c’est formateur.

Et qui a dit que monter une entreprise ne se faisait pas dans la douleur ?

Pour résumer, cette semaine a été riche car elle a amené avec elle tout un tas d’idées, de nouveaux petits défis comme il en existe tous les jours dans la vie de chacun de nous !

Bref :

Hello Spring

Petit débroussaillage de printemps et c’est parti pour un week-end rallongé, avant une nouvelle semaine bien chargée !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aller à la barre d’outils