. Rencontre avec Poussin Communication qui fait éclore la com’ des entreprises ! - LEG un pied dans mon entreprise -
Paroles d'entrepreneurs

Rencontre avec Poussin Communication qui fait éclore la com’ des entreprises !

Au fond d’une cour se dessine un petit passage qui conduit tout droit à un jardin où se trouvent des maisonnettes en briques. C’est ici que nous avons rendez-vous.
Une sorte de havre de paix, un oasis en plein Paris. Le genre d’endroit que l’on ne soupçonne pas et qui rend tout de suite serein.
Juliette Eskenazi, fondatrice de « Poussin communication », est une jeune femme de 27 ans, ambitieuse et engagée.

Mediascop par ©Benjamin Boccas

Depuis septembre 2013, elle est à la tête de son agence de communication qui est en effet spécialisée dans l’accompagnement des créateurs d’entreprise ou des entrepreneurs qui ont lancé leur boîte récemment.

Leur point commun ? Ils ont peu de budget disponible pour assurer leur communication et ils veulent se faire connaître
Leurs différences ? Ils ont entrepris dans des domaines très différents. Poussin communication accompagne aussi bien la coiffeuse à domicile que la startup dans le numérique. Ils sont jeunes ou moins jeunes, ancien chômeur ou en reconversion professionnelle.

Leur parcours sont très divers et leurs besoins aussi.
Poussin communication les aide à se démarquer dans leur communication, à trouver le bon message et les bons outils pour se faire connaître et atteindre leur cible.

« Le fil rouge de Poussin Communication : Je suis petit, je veux grandir mais je n’ai pas beaucoup de budget »

Avec Margot et Myriam, chargées du graphisme et de la com’ (Juliette s’occupe aussi de la com’), Poussin Communication accompagne l’éclosion des entreprises et fait son nid dans ce domaine si concurrentiel. Retour dès maintenant sur le parcours de Juliette !

A quel âge t’es tu lancée dans l’aventure entrepreneuriale ? Et pourquoi ?

Juliette : J’avais 24 ans et j’étais au chômage après être passée dans la com’ politique. Etant issue d’une famille d’entrepreneurs, je baigne dans le milieu de l’entrepreneuriat depuis toujours. A l’âge de 18 ans j’ai monté une entreprise dans un tout autre domaine.
J’ai profité de ma période de chômage pour réfléchir à la création d’une boîte dans mon domaine d’expertise (elle a fait des études de communication).
Je suis partie du constat que la communication est devenue un luxe pour la plupart des petites entreprises. J’avais envie d’aider les gens en rendant accessible ce service à ceux qui en ont vraiment besoin.
Je dis « vraiment » parce que tout le monde a besoin de communication, mais les grandes entreprises ont un slogan que tout le monde connaît, une marque affichée partout … Elles font de la com’ mais elles sont déjà bien présentes et tout le monde les situe.
Ce n’est pas le cas des petites entreprises qui sont créées et dont l’enjeu est de se faire connaître.

« La com’ c’est différent de la pub. C’est échanger avec les autres et que les autres sachent que l’on existe »

Une grande partie de notre activité passe donc par deux choses. La création de logo ainsi que la construction de la stratégie de communication. Quel message ? Quel slogan ? Quels supports de communication ?
 Nous faisons donc beaucoup de conseil. Avec 500, 1000, 1500 euros, on peut commencer à faire quelque chose de bien ! Nous le prouvons avec nos clients !

Ta jeunesse a t’elle été un frein ou au contraire une aide ?

Juliette : Une aide. Le fait de ne pas avoir d’enfant m’a donné une liberté dans le temps. De plus, je n’ai pas eu à leur faire subir les ascenseurs émotionnels. A la limite, le seul impacté a été « mon mec » (rires).
C’est vrai que les gens « tiltent » pas mal sur ma jeunesse mais c’est tout. Il y a une énergie, un dynamisme qui se dégagent de la jeunesse …

Penses-tu que le contexte économique donne envie d’entreprendre aujourd’hui en France ?

Juliette : Le contexte économique oblige à entreprendre. C’est difficile de trouver du boulot, d’être bien payé, aujourd’hui. En France, on a beaucoup de chance car on a des aides de l’Etat. On peut par exemple toucher chômage pendant qu’on monte une entreprise, être aidé par des associations …
Alors, si tu trouves pas de boulot, créé ton propre boulot !

Quelles sont selon toi les principales difficultés qui empêchent de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale ?

Juliette : L’endettement. Si le projet est très coûteux et nécessite un fort endettement, il y a un vrai risque. Il n’y a pas d’échecs dans l’entrepreneuriat selon moi, seulement, se retrouver endetté pendant plusieurs années pour une boîte qu’on a dû liquider ce sont des conséquences difficiles à vivre.

D’un point de vue de la personnalité maintenant, il y a plusieurs qualités à avoir et qui peuvent être acquises sur le tas. L’énergie, l’optimisme et la patience.
La patience c’est le point n°1. Sinon on déprime alors qu’il faut accepter de se « prendre des claques ».
Ca s’apprend. Avant je n’étais pas patiente !

Les entrepreneurs ont l’habitude de dire que le choix de ses collaborateurs est presque le plus difficile … Tu en es où de ce côté là ?

Juliette : De mon côté je suis allée chercher un copain journaliste qui était au chômage pour m’aider à me lancer.
Il m’a été d’une grande aide et puis il a retrouvé du boulot.
Je n’entends autour de moi que des échecs à propos des associations … Il faut vraiment s’associer avec la bonne personne et surtout être complémentaires. Sinon ça ne sert à rien de s’associer.
Si on ne s’associe pas, il faut être bien entouré, soutenu.

Que conseillerais tu à la génération Y désireuse de s’affranchir des grandes entreprises pour s’épanouir dans un projet entrepreneurial ?

Juliette : Je pense que c’est toujours bien d’avoir une expérience en tant que salarié. Pour respecter des horaires, connaître des méthodes de travail, … Apprendre à travailler ! Et puis aussi pour toucher le chômage avant de se lancer car on ne se paye pas pendant au moins 1 an après avoir lancé sa boîte.

« On n’a rien à perdre à se lancer mais tout à gagner ! C’est la meilleure école ! »

Quels supports de communication te paraissent indispensables pour avoir une bonne communication d’entreprise ?

Juliette : La base est d’avoir une carte de visite mais aussi un site internet. C’est le minimum légal pour se présenter.
Après, tout le monde n’a pas à être sur les réseaux sociaux, cela dépend du domaine dans lequel évolue l’entreprise.
En fonction de la stratégie de communication, les supports de communication utilisés vont changer. On ne va pas définir la même stratégie pour un boucher pour qui on va prévoir de flyers et une boîte innovante proposant un service sur le web qui devra beaucoup plus communiquer sur les réseaux et surtout tenir un blog.

Tu évolues dans un secteur très concurrentiel .. Comment t’en sors-tu ? Ton entreprise éclôt bien ?

Juliette : On se marre et ça parle aux gens ! C’est vrai que la com’ est un secteur concurrentiel, il y a du monde mais en même temps il y a aussi beaucoup de demande. Nous sommes ultra positionnés sur le segment de créateurs d’entreprise donc nous nous en sortons bien. Et ce qui est drôle c’est que nous commençons à avoir des clients beaucoup plus matures dans leur parcours entrepreneurial. La PME qui a 15 ans commence à venir chez nous !

Et puis, si on communique bien, ça veut dire que l’on connaît notre métier. Et les gens se marrent avec notre com’ autour du poussin et tout le vocabulaire qui va avec : coquille, oeuf, couveuse, … Nous avons une cohérence dans le message tant au niveau des visuels que du vocabulaire.
L’univers est sympa, ça passe bien !

FullSizeRender

Quelle est ton application mobile préférée ?

Juliette : Hier je me suis amusée sur cette application géniale qui permet de croiser des visages. Plus sérieusement je suis fan de WAZE, un GPS collaboratif ultra pratique. C’est de la haute technologie et en même temps il y a un aspect collaboratif car chacun renseigne des données pendant qu’il roule comme par exemple le fait qu’il y a des travaux ou des bouchons.
Grâce aux données de chacun, le GPS calcule un itinéraire alternatif … On gagne du temps !

L’ACTU de Poussin Communication :

Au printemps, Poussin Communication va se lancer, à l’aide de spécialistes dans l’accompagnement de porteur de projets d’entreprise ! Durant 2 jours, ces derniers suivront des formations sur des thèmes divers pour les aider à faire éclore leur projet ! Financement, administratif, gestion … Bref tout ce qu’il faut pour bien se lancer.
Juliette s’occupera de la com’ !
 Et petit bonus, un accompagnement personnalisé fera aussi partie du forfait ! 1 heure, rien que pour vous !

 

Juliette est une chef d’entreprise lumineuse tant par ce jaune -du poussin- qu’elle touche du bout de son clavier au quotidien que pour son ambition et sa volonté de se mettre au service de l’autre, celui qui a -vraiment- besoin de son expertise !
On sent qu’elle a des convictions, qu’elle a voulu les mettre au service de son entreprise et c’est tout à son honneur. Quitte à gagner moins, autant aider les autres !

Je lui souhaite de continuer à s’éclater au milieu des poussins et de garder cette envie de faire éclore la communication des jeunes entreprises et pourquoi pas de celles qui en sont au stade poule ou coq !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aller à la barre d’outils