. BREVE - « Oui, la France est un paradis pour Entrepreneurs » - LEG un pied dans mon entreprise -
La chronique du LEG

BREVE – « Oui, la France est un paradis pour Entrepreneurs »

C’est un livre qui va faire parler de lui pour plusieurs raisons qui vient de sortir aux éditions Plon.

Le ton est donné dès le titre « Oui, la France est un paradis pour Entrepreneurs » par Fabrice Cavarretta.

 

Capture d’écran 2016-02-10 à 12.25.01

 

Aujourd’hui professeur de management à l’Essec, après avoir travaillé dans un grand groupe de média/télécom et fondé une start-up dans le domaine des réseaux sociaux, il lance une bombe au milieu des discussions passionnées sur l’état de l’entrepreneuriat en France.

Préfacé par Xavier Niel, fondateur de Free et de l’Ecole 42 – Ecole d’informatique privée -lui-même très satisfait d’avoir entrepris avec succès en France, le discours est résolument optimiste et affirme que notre pays est un terreau très favorable à l’entrepreneuriat.

Prenant soin au préalable de différencier deux types d’entrepreneuriats aux démarches bien différentes, à savoir « l’entrepreneuriat de nécessité » qui est une des solutions pour qui recherche un travail et « l’entrepreneuriat d’opportunité » qui est issu d’un vrai désir de créer son business, Fabrice Cavarretta se lance dans une défense de la France, terre d’entrepreneurs afin d’inviter les français à stopper leur « French-bashing » si commode.

Pour celui qui se lance dans l’aventure entrepreneuriale avec envie, la France offre selon lui des avantages incomparables. 

En effet, poursuit-il, la France compte des domaines d’excellence dont la réputation n’est plus à faire aux confins du monde comme par exemple les secteurs du luxe, de la gastronomie, du tourisme, de l’énergie et bien d’autres, qui offrent de belles opportunités à ceux sauront les saisir. Encore faut-il les voir !

Certes, il y a bien des secteurs sinistrés mais c’est partout pareil, selon Fabrice Cavaretta qui incite justement à rechercher les secteurs qui ne le sont pas.

Si l’Etat ponctionne beaucoup selon lui, il aide aussi énormément. Au final, rien qui ne soit rédhibitoire pour se lancer !

Le « French-bashing » apparaît alors comme une réponse beaucoup trop facile. Une manière de justifier une certaine paresse de la population, encouragée par la mauvaise image de l’entrepreneuriat français cultivée à l’envi par les responsables politiques. Qu’être patron passe pour suspect ou que les revendications soient d’ordre administratives et fiscales, tout cela induit un climat de défiance vis à vis des entrepreneurs et n’encourage certainement pas à se lancer.

A nous maintenant de savoir vanter nos secteurs qui fonctionnent, de les mettre en avant auprès du monde entier, en se débarrassant définitivement des regrets que nous entretenons sur la grandeur passée de la France !

Avant de partir vers les nations qui font miroiter monts et merveilles, autant regarder chez nous ce qu’il y a de bien et de porteur, tel est le message que souhaite faire passer l’auteur à ses lecteurs.

Jeunes entrepreneurs, regardez et choisissez !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aller à la barre d’outils