La chronique du LEG

Le Leg au milieu des 65 000 visiteurs : retour d’expérience !

Votre Blog Le Leg s’est rendu hier après-midi au Salon des Entrepreneurs qui a lieu jusqu’à ce soir au Palais des Congrès de Paris.

 

Capture d’écran 2016-02-04 à 16.12.01

 

L’occasion pour nous de prendre le pouls des entrepreneurs ou créateurs d’entreprise en ce début d’année 2016 annoncée comme meilleure économiquement que les précédentes avec une croissance à la hausse. Certes faible, mais hausse tout de même !

C’est sur 3 niveaux, accueillant une bonne centaine de stands par chacun voire plus, que le salon était réparti. Partout une foule de gens aux âges et aux allures variés allant du jeune étudiant « cool » – startuper en herbe –  au cadre bien propre sur lui, à la quarantaine passée voire plus – souhaitant se lancer dans l’aventure entrepreneuriale histoire de finir sa carrière en beauté -; en passant par le curieux attiré par les publicités placardées dans Paris ces dernières semaines.

Que l’entrepreneuriat les attire depuis une belle expérience de bénévolat dans une association, ou alors d’une envie de bouleverser sa vie personnelle, et pourquoi pas le désir de changer le monde ou la vie des autres – soyons fous-, la volonté est farouche pour tous de dénicher celui qui aura le meilleur logiciel de compta et de facturation ou la boîte de com’ qui saura créer le logo tape à l’oeil doublé de la petite phrase qui donne envie.

Parcourir le Salon 

Les stands sont divisés par village. Il y a le village des « startups », le village des banques ou celui des départements, les salles de conférences, le « département speed dating de l’entrepreneuriat ».

Vers 14H30, après être passés faire un coucou aux animateurs très sympathiques du stand d’Idenergie dont nous vous avons parlé la semaine dernière , nous avons pu assister à la fin d’une conférence Salle Agora, au sein de la « Startup Factory » créée pour le salon.

 

FullSizeRender 02

 

3 jeunes créateurs de startup finissaient de se prêter à un interrogatoire rondement mené par le présentateur. Les nombreux jeunes présents ont pu ensuite poser leur question directement. Un échange très instructif pour chacun car les problématiques évoquées étaient très larges.

Parmi les nombreux conseils distillés, j’ai par exemple retenu que la première chose à faire quand on a une idée ou un projet plus avancé est de fédérer les gens autour de celui-ci. Cela permet de ne pas être seul face à soi-même et par voie de conséquence voir si l’idée est porteuse ou pas.

Pour synthétiser, faire un test de marché soi même.

 

FullSizeRender

 

Par ailleurs, un jeune se disant être en train de monter une startup a courageusement pris la parole pour demander s’il est préférable de s’associer tout de suite avec quelqu’un ou non lorsque l’on entame la construction de son projet entrepreneurial.

Seul pour l’instant sans que cela ne soit trop pesant pour lui, il s’étonnait de l’accent mis par les conférenciers sur l’accompagnement par d’autres.

Très prudents, les intervenants lui ont fait s’imaginer sa situation dans quelques mois prédisant qu’il se sentirait très vite dépassé par les événements. Selon eux, l’ascenseur émotionnel l’ascenseur émotionnel fait de grandes réussites ou de plus petites mais aussi de grands échecs ou de plus petits échecs, est une des difficultés les plus difficiles à gérer. Mieux vaut donc être bien soutenu !

J’ajoute que l’autre effet bénéfique de l’associé est que par définition, n’étant pas nous, il peut avoir d’autres façons d’envisager les choses ou d’autres manières de procéder. Cela permet d’avoir un autre regard qui évite de s’enfermer.

Et quand les problèmes surgissent, quoi de mieux que d’avoir quelqu’un sur qui compter et qui nous comprend, nous et nos problématiques. Coup de pouce pour effet maxi !

Les politiques au Salon 

Pendant notre passage, les politiques se pressaient sur les stands, sur les plateaux télévisés éphémères ou dans les amphithéâtres de conférences afin de venir exposer leurs idées pour favoriser l’entrepreneuriat. Manuel Valls a ainsi participé à la grande conférence d’ouverture du salon pendant que François Fillon est revenu sur son New Deal entrepreneurial et que Valérie Pécresse a fait son premier passage en tant que Présidente de la Région Ile de France.

Les live streaming et live tweets ou le virtuel pour faire comme si on y était :

Grâce au live streaming sur le site du Salon et au live tweet #SalonEntrepreneurs nous avons pu profiter du reste du salon.

 

3 tweets du Live retranscrivant les interventions d’entrepreneurs conférenciers passés nous ont semblé révélateur de ce que c’est que d’entreprendre ! Nous vous les soumettons pour votre curiosité ou votre réflexion …

Selon Henri Seydoux, finalement être entrepreneur c’est « On part de rien et il faut se faire une idée de ce que va être ce rien ».

Ou alors celui de Quentin Sannie CEO de Devialet, résolument optimiste  « Croyez en vous, en votre unicité… Parfois il faut accepter de tout perdre pour tout gagner ». Vous êtes prévenus !

Et enfin un tweet venant rappeler que tous les parcours entrepreneuriaux ne se terminent malheureusement pas en beauté. Pauline Laigneau qui en a fait les frais a exprimé un de ses regrets « un seul regret : ne pas se fier à son instinct et de prendre des décisions trop tôt. »

Pour conclure

En résumé, nous avons vraiment aimé notre passage au Salon des Entrepreneurs !

L’occasion de s’informer sur la situation de l’entrepreneuriat en 2016 en France, mais aussi de faire de belles rencontres. Surprises en perspective sur notre Blog dans les prochaines semaines …

De votre côté, on espère que votre Salon a été à la hauteur de votre enthousiasme !

Que vous ayez aimé, ou non, si vous souhaitez témoigner, les commentaires sont ouverts ! Emoticone smile.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aller à la barre d’outils