Conseils d'experts

Dans l’échec, il faut savoir valoriser l’actif que l’on a créé

Fondateur en 2004 de Fotolia, Thibaud Elzière lance en 2011 le singulier projet eFounder, un studio de startups spécialisées dans les logiciels de service (SaaS) pour les grandes entreprises. Les idées foisonnent et les projets s’enchaînent au sein d’un studio qui ne connaît pas la crise.

Interview de Thibaud Elzière

Pensez-vous que le contexte économique donne envie d’entreprendre aujourd’hui en France ?

Thibault Elzière : Dans l’écosystème que je connais, c’est-à-dire celui de l’Internet, je n’ai jamais vu autant d’activités que dans les deux dernières années. Malgré le climat morose en France, il y a vraiment un engouement certainement nourri par les opportunités de marché et par l’état d’esprit au niveau mondial. Travailler dans l’internet c’est s’ouvrir naturellement aux horizons internationaux, on est abreuvé chaque jour de bonnes nouvelles d’ailleurs. Particulièrement dans l’internet, je pense que l’on est bien plus influencé par l’état d’esprit général que par le contexte national. Ça ne veut pas dire que les entrepreneurs restent chez nous en France à terme mais il n’y a pas de freins à créer son entreprise aujourd’hui bien au contraire.

Quels sont selon vous, les principaux freins qui empêchent de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale ?

TE
: Justement comme je le disais, il y a de moins en moins de freins qu’avant. Ça coûte de moins en moins cher de lancer son entreprise dans l’internet, les aides de l’état sont plutôt favorables et les capitaux d’amorçage sont disponibles pour les projets qui le méritent. Il y a aussi de plus en plus de structures de types accélérateurs qui permettent justement de franchir le cap simplement. Le seul frein qui existe c’est soi-même afin de passer de la majorité des français qui veut créer sa boite à une toute petite minorité qui la crée.

Que conseillez-vous à la génération Z  désireuse de s’affranchir des grandes entreprises pour s’épaounir dans un projet entreprenarial ?

TE : Ca fait quand même déjà quelques années et presque une génération que l’on ne fait plus carrière dans une entreprise comme on le faisait il y a encore cinquante ans. Le parcours professionnel sera dans l’avenir, pour chacun, beaucoup moins linéaire. L’aventure entrepreunariale doit être envisagée à chaque fois, je pense, comme une alternative, de la sortie de ses études et tout au long de sa vie. Dans le cadre de eFounders, nous rencontrons beaucoup de personnes qui travaillent dans des grandes entreprises depuis des années et qui sont tentés par l’aventure, une chose est sûre c’est à chaque fois qu’ils passent le pas, ils ne le regrettent jamais. Ce n’est certainement pas une voie pour tous mais elle mérite d’être envisagée à chaque fois.

Quelles sont les pires et meilleures situations qui puissent arriver à un entrepreneur ?

TE : La meilleure chose ? Certainement celle pour laquelle chacun de nous a choisi cette voie, le bonheur de transformer une idée couchée sur du papier et de grandes espérances en une entreprise prospère. La meilleure chose est donc de réaliser que l’on a créé quelque chose dont les gens ont vraiment besoin, la pire donc, c’est de se rendre compte que l’on a construit quelque chose dont personne n’a besoin. Dans ce dernier cas, dans l’échec, il faut savoir valoriser l’actif que l’on a créé et estimer à sa juste valeur ce que l’on a appris en tant qu’individu. On sous-estime toujours ce qui ressort d’un échec, on ne réalise pas toujours ce que l’on a développé, déjà sois-même, puis son réseau, puis sa connaissance d’une industrie.

Quelle est votre application mobile préférée ?

TE : Je passe énormément de temps sur Whatsapp, sur Mail et sur Slack en version mobile, je trouve ces 3 applications aussi efficaces qu’indispensables. Mais celle que je préfère sans l’utiliser non plus tous les jours est certainement Capitaine Train, l’expérience utilisateur, le design sobre et élégant et le service rendu en font mon application préférée.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aller à la barre d’outils