. Guerre entre deux startups spécialisées dans le vin
Presse et Actualités

Guerre entre deux startups spécialisées dans le vin

C’est une histoire peu banale que révèle le journal Sud Ouest. Sous fond d’une guerre concurrentielle entre deux startups via leurs applications Winewoo et Smartcave, toutes deux spécialisées dans le vin.

Présentées comme étant les « Shazam du vin », les deux sociétés s’opposeront non pas sur leur secteur de marché mais au tribunal correctionnel de Bordeaux, le 15 juin. Accusée de plagiat et « d’atteinte aux droits de producteur de données et recel de ces données »  par sa rivale, Winewoo joue gros dans cette affaire puisqu’elle est accusée d’avoir piraté la base de données de sa concurrente.

Guerre dans le milieu du spiritueux

Ces startups qui sont toutes les deux des Sociétés à Responsabilités Limitées ont le même principe. Elles permettent, en plus de gérer sa cave à vin via l’application dédiée, de scanner les étiquettes des vins avec son smartphone pour connaître tout un tas d’informations sur la bouteille : cépage, année de production, conseils pour accompagner avec un plat.

Historiquement, la première a avoir lancé le business est Smartcave, qui est située en région bordelaise. Tout comme Winewoo. L’application lancée en 2011, a été téléchargée  plus de 100 000 fois sur les différents plateformes prévues comme AppStore ou le GoogleStore. Fort d’un succès croissant, elle a attiré les convoitises.

Winewoo est une startup éditée par la société bordelaise Kasual Business, sous la forme d’une SARL, qui l’a lancée en janvier 2015. Son approche s’éloigne du classicisme de ses concurrents puisqu’elle propose une démarche originale. Elle s’appuie non pas sur un système participatif des utilisateurs pour créer sa base de données come Smartcave, mais elle est remontée jusqu’aux vignerons eux-mêmes pour garantir des données les plus exactes possibles.

Sur la forme, c’est ce qu’affiche la SARL mais dans les faits, avec cette affaire, il semble que ça soit un tout autre discours.

Le goût du vin frelaté pour les deux startups

La startup Smartcave a donc décidé d’attaquer sa concurrente. Certains pourraient penser qu’il s’agit là d’une mauvaise réaction à l’arrivée d’un nouveau concurrent sur le marché. Mais la fondatrice de Smartcave, Audrey Gribelin a des preuves qu’elle juge nécessairement accablante puisqu’elle a décidé de porter plainte pour « atteinte aux droits de producteur de données et recel de ces données ».

En effet, Kasual Business est accusée de s’être introduite dans la base de données de Smartcave et d’avoir volé la plupart des fiches de dégustation qui se trouvaient à l’intérieur. Des heures et des heures de travail de gagner.

Audrey Gribelin a découvert ce larcin parce que, spécialement pour lutter contre d’éventuels piratages, elle avait piégé sa base de données en y insérant de fausses fiches: des vins issus de son imagination tels que le château des Espoirs, le château Lympiade ou le château Vieillesse Ennemie. Fausses fiches qu’elle découvre avec stupeur sur l’application Winewoo. De plus, lors de l’audition d’un des employés de Kasual Business, celui-ci reconnaissait s’être introduit dans cette fameuse base de données avec pour but affiché de pirater les informations que possède la startup.

Au lendemain de l’ouverture de la Vinexpo, pas sûr que cette sombre histoire entre deux « pure players » favorise le rayonnement du vin français.

Tags: , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aller à la barre d’outils