. Qwant : le moteur de recherche français qui grandit - LEG un pied dans mon entreprise -
La chronique du LEG / Presse et Actualités

Qwant : le moteur de recherche français qui grandit

Dans l’immensité du web, il existe de nombreux moteurs de recherche: Bing, Yahoo, Seek et bien évidemment l’incontournable Google. Difficile donc pour les nouveaux arrivants de se faire une place au soleil ou près de celui-ci.

Dans la multitude des moteurs de recherche présents, un Français se démarque des autres: Qwant. La concurrence est rude puisqu’en France, plus de 9 recherches sur 10 sont effectuées depuis le moteur de recherche américain Google.

Ce 14 avril 2015, Qwant proposait la seconde version de son moteur de recherche.

Présentations.

Qwant, le moteur de recherche français

Qwant: le moteur de recherche français

Surfant sur la vague du « respect des données des utilisateurs », Qwant est un moteur de recherche français à vocation européenne lancé en version bêta le 16 janvier 2013 puis en version finale le 4 juillet, Qwant a été fondé par un français Jean-Manuel Rozan. Il propose pour une même recherche plusieurs types de résultats: site web, site marchands, réseaux sociaux. Ainsi, les recherches des différents supports s’affichent en 3 onglets pour une vision plus exhaustive: web, actualités et social; le tout sur une seule et même page.

Avec cette nouvelle version sortie en avril 1015, conçue sur le principe du flat design, il offre ainsi ses résultats sur une seule et même page, le tout sans publicité, ce qui est plaisant à consulter. De plus, il est possible d’afficher les résultats dans 3 formats différents: classique, mosaïque ou liste. Cela change des 60 pages de résultats à fouiller chez ses concurrents.

S’il se place sur un secteur concurrentiel fort, Qwant a pour but non pas de concurrencer Google mais bien de proposer une « nouvelle vision du web » à ses utilisateurs. Ainsi si Google convient à ceux qui savent ce qu’ils recherchent, Qwant ferait découvrir de nouvelles choses à l’internaute.

Une concurrence forte

Fort d’une gamme de service complète (Gmail, Agenda, Drive, Google +), l’entreprise californienne Google est devenue au fil des années plus qu’un simple moteur de recherche. Elle possède ainsi plus de 90% des parts de marché mondiale en terme de chiffre d’affaires sur internet selon StatCounter, avec plus de 3,3 milliards de requêtes effectuées par jour pour un chiffre d’affaires trimestriel annoncé en 2014 à 16,52 milliards de dollars. En comparaison, l’année dernière Qwant annonçait avoir traité 1,6 milliards de requêtes….en une année. Difficile de suivre.

Google et Qwant sont tous les deux des moteurs de recherche différents, même s’ils ne se positionnent pas sur le même segment. En effet, Google récolte des données sur ses utilisateurs et leurs requêtes pour mieux cibler la publicité envoyée, tandis que Qwant affirme ne récolter aucune information utilisateur. Tout comme DuckDuckGo, qui se positionne sur la confidentialité des internautes, le moteur de recherche est très prisé car il ne collecte ni les cookies ni les adresses IP des utilisateurs. A l’inverse de  Qwant, DuckDuckGo propose des liens sponsorisés.

Le chemin est encore long

C’est un peu la bataille mythologique entre David et Goliath mais le moteur de recherche franco-européen enregistre une hausse des requêtes de l’ordre de 20%. La bataille bien qu’inégale n’en est qu’à ses débuts, « Qwant n’oriente pas sa stratégie sur le chiffre d’affaires » selon son PDG.

Mais les ambitions de Qwant sont réelles puisqu’un fond d’investissement allemand est entré dans le capital à hauteur de 20% avec pour but de développer la société à l’internationale. De plus, fin 2014, le moteur de recherche s’est lancé dans la recherche digitale des moins de 15ans avec le lancement d’un moteur intitulé « Qwant Junior ».

Alors que la Commission européenne lance contre Google une enquête pour abus de position dominante sur le marché, celle-ci pourrait taxer le leader à hauteur de 10% de son CA, c’est-à-dire 6,6 milliards d’euros. Une position pouvant fragiliser le leader du marché et donc avantager le nouveau venu français.

De quoi présager de beaux jours pour la société française.

Tags: , ,

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aller à la barre d’outils