. Comment protéger sa startup d'un badbuzz ? - LEG un pied dans mon entreprise -
Conseils d'experts

Comment protéger sa startup d’un badbuzz ?

Avec l’arrivée d’Internet et la viralité qui l’accompagne, il n’a jamais été aussi facile pour les entreprises de communiquer rapidement.  Facebook, Twitter, Linkedin, sont autant des moyens de communication que des vitrines permettant à l’entreprise d’assoir  son image de marque.

De nos jours, il est indéniable de souligner que ces outils ont permis à des start-ups d’être exposée à leurs cibles  gratuitement et plus rapidement que par le passé. Cependant, dans un soucis d’instantanéité et dans le but de dégager un maximum de visibilité, les entreprises présentent sur Internet ont parfois recours à des techniques à la limite du « politiquement correct » entrainant souvent un badbuzz qui, s’il n’est pas géré rapidement, peut avoir des conséquences importantes pour leur marque et leur image.

Newsjacking et badbuzz

La grosse tendance chez les start-up d’un point de vue communicationnel est ce que l’on appelle le newsjacking. C’est une technique marketing qui consiste à s’approprier des news afin de les détourner et amener le débat sur l’entreprise, ses produits, etc …

Le newsjacking démontre la réactivité d’une entreprise et sa capacité à s’accaparer les codes sociaux et culturels de la société dans le but de renforcer son image.
Jouissant d’une grande viralité, cette technique est néanmoins risquée si elle est mal gérée ou inappropriée et les conséquences peuvent être désastreuses pour votre startup.

La société Uber est un service de chauffeurs privés qui possède une forte valeur ajoutée ainsi qu’un réel intérêt du public. Cependant, elle a connu plusieurs problèmes suite à des badbuzz générés par ses dirigeants en 2013 et 2014 jugés trop sexistes et intrusifs dans la vie privée des utilisateurs.
En plus des problèmes que l’entreprise a connu en France suite aux grèves des taxis, Uber n’a fait qu’empirer son image de marque. Le processus pour inverser la tendance, est généralement plus pénible et long que celui pour l’améliorer.

Autre exemple d’une startup qui a généré un badbuzz assez conséquent : Airbnb. La société américaine de location de chambres entre particuliers a décidé l’année dernière de changer son logo sans demander l’avis de ses utilisateurs. C’est une idée qui va à contresens des valeurs proposées par l’entreprise lors de sa création :  s’appuyer de manière collaborative sur une communauté d’utilisateurs ; de plus la société évaluée a 10milliards de $ a été accusé de plagiat par une grosse partie de ses clients.

Ce badbuzz aurait pu être éviter si Airbnb avait su décrypter au mieux les attentes de ses clients et si ses dirigeants avaient pris le temps d’analyser la conjoncture du marché et les attentes et exigences de leur public.

Les véritables enjeux de l’image de marque

A l’heure d’Internet et des réseaux sociaux, l’entreprise se doit de penser digital pour toucher des consommateurs ultra-connectés. Mais attention à ne pas miser uniquement sur la communication on-line qui, si elle est efficace dans de nombreux cas, n’est pas la solution à tout.
Afin d’obtenir un meilleur résultat, toute startup qu’elle soit dans le digital ou non devrait opter pour une stratégie multi et crosscanal car plus elle  utilisera des médias différents et complémentaires, plus vos messages seront vus et entendus, par conséquent votre marque sera plus visible.

Améliorer son image de marque a pour but de rendre votre entreprise sympathique, donc attirante auprès de vos clients et prospects tout en se démarquant de la concurrence. Ce n’est pas un secret de polichinelle que de dire que le véritable but d’avoir une image de marque solide permettra aux startups, et plus généralement aux entreprises d’accroître ses ventes et par conséquent son chiffre d’affaire.

Des solutions multiples

Un badbuzz, bien que pénalisant pour toute société, encore plus pour les startups car elles sont fraichement arrivées sur le marché, n’est cependant pas un concept arrêté et irréversible, des solutions existent afin d’éviter tout dommages définitifs.

Tout d’abord, le premier moyen d’éviter à son entreprise une si mauvaise publicité est d’anticiper et interpréter les codes inhérents à son cœur de cible.
Si une start-up s’adresse de manière professionnelle à sa clientèle qui est plutôt jeune et étudiante, le message ne sera pas interprété de la manière voulue et sera faussé; par conséquent   l’image de marque s’en verra affaiblie.

D’autres solutions plus professionnelles existent afin de remédier à ces badbuzz. Des sociétés spécialisées dans  l’e-reputation et sa gestion offrent des alternatives crédibles et efficaces quant à l’amélioration de son image sur internet. Ainsi des startups comme ReputationVIP tentent d’influencer les résultats générés par Google en essayant de faire remonter les pages recensées qui ne posent pas de problèmes comme les comptes facebook, Twitter ou les articles valorisant votre entreprise, et donc de faire descendre mécaniquement celles qui en posent.

L’importance de gérer son image de marque

Les conséquences d’une communication mal gérée peuvent être désastreuses pour une startup, même si toute action n’est pas irrémédiable. A contrario, si elle est parfaitement négociée, l’image de marque peut devenir une réelle plus value pour l’entreprise lui permettant d’assoir sa notoriété et éventuellement d’accroître ses ventes.

Avec l’ère du tout numérique, le digital est devenu un véritable atout économique  pour les entreprises où leur image de marque peut se retrouver rapidement bonifiée ou aggravée. Véritable enjeu ancré dans son époque, la problématique de l’image de marque des startups est devenue prioritaire pour bon nombre d’entre elles.

Tags: , , , , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aller à la barre d’outils